Le texte de Durringer se prête parfaitement à un rapport de proximité voire d’intimité avec le public, dans une forme de spectacle-happening. Ici, pas de décor ni d’installation technique, juste trois comédiennes qui interviennent dans des salles de bar, provoquant la surprise. Qui sont ces clientes, ces serveuses qui nous dévoilent soudainement un pan de leurs vies ? En 45mn, ces météores vont bouleverser la petite vie tranquille d’un bar de quartier ou de village.

Les trois comédiennes d’ « histoires d’hommes », mêlées à la clientèle et au personnel du bar, dévoilent leurs parole tendue, invectives, cris du corps, révolte de l’âme, poésie de l’instant, éclats fulgurants de la vie de femmes amoureuses, seules, en colère, dans un rapport de proximité avec le public.

Attouchements textuels, tranche de vie d’une cliente ou d’une serveuse qui d’un seul coup se met à nu, les scènes surgissent du quotidien dans un bar de quartier.

4 Messages de forum

  • Eh O ! Ca a l’air tellement bien que je vais venir des USA pour vous voir sur Montpellier le 11 juin !

    6 juin 2009 17:44, par une fan americaine
  • Je vous ai vues au bar Le Concorde pour Chalon dans la Rue ! Je n’ai qu’un mot à dire : GENIAL ! Vous m’avez époustouflée. Je fais moi-même du théâtre et j’ai franchement apprécié ! Vraiment bravo ! bravo !

    2 août 2009 13:49, par Marie-Ange
  • Pour compléter le titre, ça serait plutôt des histoires d’hommes de femmes, donc des histoires qui nous appartiennent à tous et à toutes. Plutôt caustique, drôlement bien interpreté, et dans un espace scénique original, ON SE REGALE !!

    17 janvier 2010 21:43, par Alix
  • Plus qu’une belle pagaille ce fut une belle envolée pleine de vérité,d’humour et d’emotions.
    Merci pour ce moment de plaisir !

    1er octobre 2012 18:47, par Vogelsinger daniéle